Historique du four à pain de Vuippens

 

Le four communal fait aussi partie des biens administrés par les communiers.

Il y en avait en fait deux principaux pour le village : un petit derrière la Maison de Ville et un grand situé près du château. Ce dernier est peu à peu laissé à l’abandon car il utilise trop de bois.

Même les fermiers du château emploient celui de la commune.

 

Les communiers demandent en 1771 de pouvoir utiliser les murailles et la toiture du four du château pour reconstruire le petit four. Les salutations d’usage à la fin de la lettre sont particulièrement respectueuses : « L’obtention de cette grâce engagera de très humbles suppliants à redoubler leurs Vœux au tout Puissant pour la Constate prospérité de votre Florissant Etat et la précieuse Conservation des Illustres membres qui le composent avec tant de gloire ».

 

En tout cas, elles convainquent leurs Excellences du Conseil Privé de Fribourg d’accorder cette demande. Ces salutations ne sont pas extraordinaires et se retrouvent dans plusieurs documents jusqu’en 1798.

 

Comme ces deux nouveaux fours se trouvent derrière la Maison de Ville, c’est à l’aubergiste de s’en occuper. Les comnmuniers cuisent leur pain sans contribution. Les autres habitants qui ne sont pas bourgeois doivent payer « un gros par chaque fournée ».

 

Extrait du livre « Vuippens 2000 ans d’histoire » par Adrien Philipona et Anne Philipona Romanens, 2000.